Les relations personnelles des gendarmes en France

Les relations personnelles des gendarmes en France : contextualisation, évolution et professionnalisation
par Antony Tuvee

Projet de thèse en Sociologie, demographie

Sous la direction de Axel Éric Augé.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sociétés, temps, territoires (Angers) , en partenariat avec Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche sur les Innovations Sociales (equipe de recherche) depuis le 19-11-2018 .

Résumé

La gendarmerie nationale est une des plus anciennes institutions régaliennes de l’État français. Elle est dotée de caractéristiques organisationnelles et structurelles particulières, atypiques, visibles par son mode d’action policier et le statut militaire de ses personnels. Le mode de vie des gendarmes est similaire à celui des armées puisqu’ils vivent en caserne, et leurs comportements privés et professionnels sont fortement influencés par les valeurs militaires, notamment celles de disponibilité, de solidarité et d’austérité à travers le désintéressement et le refus du profit. L’identité du gendarme a toutefois évolué ces dernières décennies en raison des influences socioculturelles de la société de consommation et de l’individualisme. L’institution semble être plongée dans une tension entre un modèle traditionnel basé sur une identité militaire forte où le poids du collectif prime sur l’individualité et où les relations personnelles des gendarmes sont concentrées principalement au sein de la caserne, à un modèle moderne marqué par la volonté des personnels d’être propriétaire et résider hors de la caserne et donc de séparer les vies privée et professionnelle, ce modèle semble être prégnant notamment lors des transitions biographiques (mariage, naissance du premier enfant) des gendarmes et surtout lorsque leurs conjoints travail. Face à ces deux modèles identitaires en tension, notre question principale est de savoir comment le gendarme assure un équilibre relationnel personnel entre le monde militaire et le monde civil. Les objectifs de cette thèse sont de cibler les différents modes de sociabilité des gendarmes et les formes de leurs réseaux personnels, en combinant des critères individuels (l’âge, le sexe, le niveau de diplôme, la profession) avec des facteurs contextuels (les types d’habitats en caserne et en dehors), afin de mettre en lumière des régularités sociales dans la création et l’évolution de leurs relations.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.