La violence d’Etat dans un régime démocratique : les forces de maintien de l’ordre en France, 1880-1980

par Patrick Bruneteaux sous la direction de Philippe Braud – Paris 1 (Science politique)

Résumé

Depuis la Troisième république, un processus séculaire d’aménagement des luttes sociales, impulsé à partir de 1880 par des républicains soucieux de ne plus attenter à la vie de citoyens mobilisés dans la rue, a été au fondement d’une double transformation de la répression. D’une part, l’apparition de professionnels de la police des foules contestataires, les forces de l’ordre : la gendarmerie mobile et les compagnies républicaines de sécurité, a permis de reléguer les militaires dans les seules tâches guerrières et les autres forces de police aux missions de sécurité individuelle. D’autre part, l’invention d’un maintien de l’ordre orienté vers la création de dispositifs et d’outils spécifiques : gaz lacrymogènes, barrages. . . Une révolution interne à l’appareil d’Etat s’est ainsi déroulée, due à la confrontation entre les logiques de l’ordre public et celles, démocratiques, de la tolérance à l’égard des libertés collectives d’expression.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.