Les chiens de patrouille de la police nationale : les gueules armées de la République

Résumé

Comment les animaux participent-ils au travail policier ? Prenant appui sur une ethnographie d’un dispositif de professionnalisation des équipes cynophiles de la police nationale, cet article montre comment le dressage des chiens de patrouille socialise les animaux aux mœurs du travail policier. Le courage attendu de ces chiens policiers puise sa source dans les rapports sociaux de travail des cynopoliciers, imprégnés de l’idéologie sécuritaire des politiques de lutte contre la délinquance. Le dressage opère un cadrage policier de l’agressivité canine dans des espaces disciplinaires complémentaires : le ring soumet les animaux à un renforcement agressif fondé sur un faux combat, et le chenil à un isolement social. C’est à l’image de la violence idéologique et pratique de leur travail que les cynopoliciers façonnent les conduites de leurs compagnons canins de travail.

Lisez l’article complet en cliquant ici

Sébastien Mouret, « Les chiens de patrouille de la police nationale : les gueules armées de la République », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 – n° 2 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2040 ; DOI : 10.4000/sdt.2040


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.