Obéir : Les déshonneurs du capitaine Vieux Drancy, 1941-1944

Présentation de l’éditeur

20 août 1941. Du jour au lendemain, le gouvernement de Vichy et la Gestapo métamorphosent plus de trois cents gendarmes en gardiens de camp de concentration. Pendant trois ans, à Drancy, banlieue parisienne, des ” soldats de la loi ” formés au service de la République vont brutaliser près de soixante-dix mille innocents, enfants, femmes, personnes âgées, les empêcher de s’évader. Ils vont escorter les convois d’extermination jusqu’à la frontière allemande. ” J’ai obéi aux ordres, j’ai fait respecter le règlement. ” Ainsi se justifieront ceux qui rendront des comptes à la Libération. Mais tous n’ont pas obéi de la même manière. A Drancy, il y eut des bourreaux, des collaborateurs et des profiteurs, dont celui qui fut leur chef en 1942, le capitaine Marcelin Vieux. D’autres gendarmes, résistants ou simplement bienveillants, ont réussi à garder leur dignité. Parmi eux, un ” juste ” sera reconnu. L’auteur a confronté les témoignages des internés aux archives inédites de la gendarmerie nationale, de la police et de la justice. En retraçant l’histoire du camp de Drancy et celle du capitaine Vieux, il nous permet de comprendre pourquoi certains ont obéi aveuglément à des ordres iniques et pourquoi d’autres ont récusé la nazification qui leur était imposée.

Biographie de l’auteur

Didier Epelbaum est historien ; il enseigne à l’école de journalisme de Sciences-Po. Il a consacré plusieurs ouvrages à l’histoire de la seconde guerre mondiale et au sort des juifs. Il a publié chez Stock, en 2005, pas un mot, pas une ligne ? 1944 -1994 : des camps de la mort au génocide rwandais.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.