La lutte contre les atteintes au patrimoine archéologique et le trafic illicite des biens culturels

Par Yann Brun, Conseiller sûreté de l’archéologie et des archives, Inspection des patrimoines, Mission de la sécurité, de la sûreté et de l’accessibilité

et Bertrand Triboulot, Archéologue – Ingénieur d’études, Préfecture de région d’Île-de-France, Direction régionale des affaires culturelles, Service régional de l’archéologie

Article

Le patrimoine archéologique et historique subit actuellement des attaques sans précédent dans son histoire. Son anéantissement à des fins idéologiques ou médiatiques est devenu, depuis plusieurs années, une arme pour les groupes terroristes islamistes.

Nombreux sont les exemples de sites archéologiques détruits : les mausolées de Tombouctou au Mali, des sites archéologiques emblématiques en Libye, en Afghanistan, au Yémen, le musée de Mossoul et la cité antique de Hatra en Irak, ou encore, plus récemment, la cité antique de Palmyre et la vieille ville d’Alep en Syrie, respectivement inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 1980 et 1986.

[lire la suite ici]

Référence de l’article

Yann Brun et Bertrand Triboulot, « La lutte contre les atteintes au patrimoine archéologique et le trafic illicite des biens culturels », Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 149 | 2017, mis en ligne le 10 janvier 2018, consulté le 11 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3781


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.