Gendarmerie et maquis sous l’Occupation en France (1943 – 1944) : force est faiblesse

Thèse de doctorat en Histoire, par Emmanuel Chevet, sous la direction de Serge Wolikow, soutenue le 25-02-2011, à Dijon , dans le cadre de Ecole doctorale Langages, Idées, Sociétés, Institutions, Territoires, en partenariat avec Centre Georges Chevrier. Sociétés et Sensibilités (Dijon)

Résumé

Il s’agit d’analyser un schéma complexe qui ne peut pas être la relation de deux univers diamétralement antithétique, déjà dans les faits, mais aussi dans les idées, entre une gendarmerie vouée à l’Etat, la collaboration, l’ordre ou la loi et des maquis prolongement d’une Nation, de résistances, du désordre, de hors-la-loi. Ce doctorat veut comprendre comment les mondes de l’ordre conventionnel et du désordre coexistent, à l’intérieur d’un même milieu, voire d’un même lieu. Les interactions avec la population rurale sont alors au cœur de notre réflexion.

En savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.