Gendarmerie nationale et dialogue social : la cité, la ruse et les gardiens

Thèse de doctorat en Science politique, par Grégoire Demézon, sous la direction de Pierre Musso, soutenue en 2009 à Rennes 2, dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales, en partenariat avec l’Université européenne de Bretagne.

Résumé

La réflexion sur les conditions d’exercice du dialogue social au sein de la gendarmerie nationale s’inscrit dans la problématique du rapport entre la Nation et ses armées et pose la question, inhérente à toute société démocratique, du contrôle de ses gardiens par la Cité. Traditionnellement, ce dialogue social est fondé sur le paradigme du « cantonnement juridique ». Celui-ci repose sur deux axiomes. Il s’agit d’abord du refus d’un pluralisme interne à l’Etat qui se concrétise par la mise en place d’un contrôle des gardiens par leur exclusion de la Cité à travers un régime juridique dérogatoire en matière de libertés collectives. Il s’agit ensuite de la volonté de préserver la liberté du décideur en créant un cadre institutionnel spécifique qui repose sur une logique de concertation. Mais, ce paradigme est aujourd’hui fragilisé par la « révolte des gardiens ». Par deux fois, en 1989 et en 2001, le recours à l’action protestataire est venu démontrer une banalisation de fait du répertoire d’action des militaires de la gendarmerie. En consacrant l’émergence d’une nouvelle arène dans le champ du dialogue social au sein de l’institution, la révolte des gardiens consacre l’avènement du pluralisme. Elle traduit aussi une remise en cause de la liberté du décideur, contraint d’entrer dans une logique de négociation. Le dialogue social au sein de la gendarmerie apparaît alors comme un champ social en recomposition. Il est traversé par deux logiques d’évolution contradictoires: la tentative de réforme du « cantonnement juridique » et l’émergence d’un nouveau paradigme qui repose sur une logique de contrôle des gardiens par l’inclusion: le « soldat citoyen ».

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.