“La manière la plus efficace de maintenir la tranquilité” ? : l’intervention de la gendarmerie impériale en Espagne (1809-1814)

Thèse de doctorat en Histoire moderne et contemporaine, par Gildas Lepetit, sous la direction de Jean-Noël Luc, soutenue en 2009 à Paris 4.

Résumé

Pour lutter contre les ravages de la guérilla espagnole, Napoléon décrète, en 1809, la formation de vingt escadrons de Gendarmerie impériale, placés sous le commandement du général Buquet. Pensée comme une extension de la gendarmerie de France au-delà des Pyrénées, manifestation de la politique annexionniste de l’Empereur, la gendarmerie d’Espagne s’installe, à partir de mars 1810, dans le nord de la péninsule pour y remplir les missions prescrites dans les textes réglementaires de l’arme, mais dans le contexte particulier de la guerre de partisans. Tout à la fois agents de la force prévôtale, auxiliaires des justices civile et militaire, les gendarmes luttent, pendant quatre ans, contre l’insurrection espagnole. Après des débuts plutôt réussis, au cours desquels la gendarmerie arrête de nombreux chefs insurgés, les résultats de l’arme se délitent à compter de 1812. Les gendarmes, suivant le recul des troupes impériales en Espagne, sont renvoyés en France à la fin de juin 1813 pour lutter contre la désertion et l’insoumission qui déciment les armées françaises. Contribution aux histoires napoléonienne, militaire et à celle du maintien de l’ordre, l’étude de la gendarmerie d’Espagne permet plus spécifiquement d’aborder les problématiques de la contre-guérilla, mais aussi la capacité de l’arme à exporter ses compétences et son savoir-faire dans le contexte hostile d’un soulèvement populaire de grande ampleur en territoire étranger.

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.