Le rétablissement de la légalité policière après la Seconde Guerre mondiale: les gendarmeries belge, française et la Koninklijke Marechaussee néerlandaise par Jonas Campion

Thèse de doctorat en Histoire, par Jonas Campion, sous la direction de Xavier Rousseaux et de Jean-Noël Luc, soutenue en 2009 à Paris 4, en cotutelle avec l’Université Catholique de Louvain.

Résumé

À la croisée de l’histoire des institutions de régulation sociale, de l’histoire des occupations militaires, de la répression des collaborations durant la Seconde Guerre mondiale en Europe, cette thèse confronte la situation des gendarmeries belge, française et de la Koninklijke Marechaussee néerlandaise après la Seconde Guerre mondiale, lors des multiples dynamiques constitutives du rétablissement de la légalité policière de ces institutions. Réalité multiforme, celui-ci se définit comme l’ensemble des processus qui permettent de doter l’arme des capacités humaines, matérielles et morales pour remplir les missions qui sont les leurs dans les sociétés libérées. Dans une analyse des continuités et ruptures qui parcourent les gendarmeries entre les années 1930 et 1950, nous abordons leurs évolutions structurelles, humaines et celles de l’identité professionnelle de ces forces. Notamment, nous analysons le déroulement des procédures épuratoires (extra-légale, administrative et judiciaire) qui les traversent à l’issue de leur service en territoires occupés. Au final, il ressort que si les armes évoluent en termes humains, structurels et de missions, au regard de l’évolution des sociétés européennes, les valeurs professionnelles qui les fondent restent identiques. Elles correspondent à la logique du service de la chose publique et des autorités politiques, par rapport aux nécessités des processus de régulation sociale.

En savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.