La gendarmerie dans la guerre d’Algérie, dépendance et autonomie au sein des forces armées

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine, par Emmanuel Jaulin, sous la direction de Jacques Frémeaux, soutenue en 2009 à Paris 4.

Résumé

Quels sont le rôle et la place de la gendarmerie dans la guerre d’Algérie dans la perspective de ses relations avec l’armée qui, au sein des forces de l’ordre, est son principal partenaire et soutien mais aussi, dans certaines de ses composantes et situations données, un concurrent jalousé et envahissant et même parfois un adversaire. Nous souhaitons démontrer, comment à partir d’une situation de paix, caractérisée par des relations normées entre les acteurs du pouvoir d’Etat en Algérie, la montée des tensions avec le développement de la rébellion, puis son écrasement militaire et enfin le retrait final pour cause de réorientation des objectifs politiques du pouvoir central, se traduit avec une intensité variable par des convergences et des divergences croisées entre gendarmerie et armée. Si les circonstances de la lutte contre la rébellion rapprochent les deux armes jusqu’en 1959, l’évolution politique du gouvernement à l’égard de l’avenir du territoire se traduit ensuite par des tensions entre elles qui reflètent bien leurs différences de nature et de rôle que les circonstances avaient momentanément occultées.

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.