La gendarmerie en Syrie et au Liban pendant la seconde guerre mondiale

Thèse de doctorat en Histoire moderne et contemporaine, par Hélène Faisant de Champchesnel-Grandemange, sous la direction de Jacques Frémeaux, soutenue en 2008, à Paris 4.

Résumé

Des gendarmes français accompagnent l’armée française pendant toute la durée du mandat en Syrie et au Liban. La découverte de la réelle identité institutionnelle de cette formation, prévôté, gendarmerie coloniale ou gendarmerie départementale, s’inscrit dans une perspective plus générale d’appréhension de la complexe relation mandataire. La courte campagne de Syrie, en juin 1941, qui voit s’affronter pour la première fois des Français entre eux, marque une profonde rupture au Levant : la prévôté du Levant et celle FFL sont deux entités humaines différentes. L’engagement des gendarmes dans tous les conflits du Levant, notamment pendant l’insurrection de 1945, et l’évolution de leur relation avec les gendarmeries syriennes et libanaises, sont emblématiques de l’attitude de la France face à l’essor du nationalisme arabe.

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.