La désobéissance dans une organisation d’ordre : l’exemple du conflit des gendarmes de décembre 2001

MANIF DES GENDARMES

Thèse de doctorat en Sociologie, par Olivier Cléach, sous la direction de Norbert Alter, soutenue en 2007, à Paris 9.

Résumé

Ce travail de thèse s’attache à étudier la question de la transgression dans une organisation d’ordre particulière (la gendarmerie nationale). Cette institution poursuit un idéal : éliminer toute forme d’incertitude, empêcher la survenue de tout acte transgressif ou de tout conflit. Pour ce faire, elle définit un ordre organisationnel (dénommé ordre gendarmique). Cet ordre est au service d’une logique managériale qui vise à rationaliser des activités, des actions, à encadrer un métier, à s’assurer la coopération, la participation de ses membres afin d’assumer les missions qui lui sont confiées. Dans ce cadre institutionnel, pour comprendre un fait particulier (en l’occurrence le conflit des gendarmes de décembre 2001), nous avons été amené à construire un concept opérationnel : la désobéissance organisationnelle (une forme de transgression des règles). Des gendarmes ont recouru à ce type de protestation collective pour servir une cause qui apparaissait légitime à leurs yeux : défendre l’éthique de leur métier et obtenir une juste reconnaissance du travail accompli. Parce qu’à un moment donné, ils ont eu la conviction que les réformes institutionnelles auxquelles ils étaient soumis et les évolutions sociétales à l’œuvre remettaient en question, peu ou prou, la conception qu’ils se faisaient de leur action, de leur métier et les conditions dans lesquelles ils l’exerçaient, les gendarmes se sont engagés dans un conflit social atypique par bien des aspects

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.