La gendarmerie en Algérie : organisation & missions (1830-1870)

Thèse de doctorat en Droit, par Damien Lorcy, sous la direction de Gérard Daniel Guyon, soutenue en 2006 à Bordeaux 4.

Résumé

De 1830 à 1870, l’Algérie est placée sous le “régime militaire”. La gendarmerie accompagne l’armée dont elle assure la police. Des prérogatives extraordinaires s’ajoutent tout au long de la période aux pouvoirs traditionnels des gendarmes, pour répondre aux besoins de la conquête et de la colonisation. Le reproche de légalisme adressé à l’arme par les autorités locales ne saurait masquer la polyvalence et l’efficacité de cette institution militaire aux missions principalement civiles. Ce “corps d’élite” peut s’appuyer sur une expérience séculaire en matière de police militaire, civile ou judiciaire pour occuper les fonctions les plus variées dans un environnement pourtant peu favorable. Les contraintes locales comme les exigences ministérielles pèsent cependant sur l’adaptation de l’arme à la situation algérienne. Par ailleurs, les priorités de l’Etat et ses intentions à l’égard de la colonie et de ses habitants sont éclairées par l’action et l’organisation de son “bras armé”.

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.