Le métier de gendarme national au XIXe siècle : pratiques professionnelles, esprit de corps et insertion sociale de la Monarchie de Juillet à la Grande Guerre

Thèse de doctorat en Histoire, par Arnaud-Dominique Houte, sous la direction de Jean-Noël Luc, soutenue en 2006 à Paris 4.

Résumé

Contribution à l’histoire de l’État et à l’étude des rapports entre la fonction publique, les polices et les sociétés rurales du XIXe siècle, cette thèse étudie les transformations du métier de gendarme entre 1830 et 1914 dans l’ensemble de la France provinciale. En croisant l’analyse sociale du groupe, l’étude des pratiques et la représentation des missions, elle met en évidence la banalisation et la modernisation d’une profession militaire dont l’esprit de corps se transforme en corporatisme. Après avoir décrit le déclin d’une conception prétorienne du métier qui s’affadit dès le Second Empire et la prégnance d’une culture militaire et bureaucratique qui porte la professionnalisation de l’institution jusqu’à la Belle Époque, elle montre l’émergence d’une gendarmerie républicaine qui complète le service de l’État par une nouvelle culture du service public.

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.