La gendarmerie au Congo

Thèse de doctorat en Droit public, par Omanyondo Ndjate, sous la direction de Olivier Gohin, soutenue en 2005, à Paris 5.

Résumé

La diffusion des modèles institutionnels occidentaux en Afrique, par le biais de la colonisation, avait permis au Congo de découvrir, de subir et d’expérimenter un nouveau type de protection de l’ordre public. Il s’agit de la Gendarmerie. D’origine française, cette institution a connu une évolution particulière au Congo. Les conditions de son introduction, les circonstances de son implantation et les méthodes postcoloniales de son appropriation constituent un nouveau chantier pour la recherche scientifique. L’autre volet de cette problématique concerne le bilan de l’apport de cette institution dans le maintien de l’ordre public au Congo. Tout cela conduit à l’analyse du travail de la Gendarmerie au Congo, aux moyens dont les héritiers du système l’ont dotée pour accomplir ses missions. La réhabilitation proposée dans le cadre de la refonte générale du système sécuritaire congolais traduit l’urgente nécessité d’une évaluation des méthodes d’appropriation utilisées. D’où l’intérêt d’une relecture de l’histoire complète de cette institution, en partant du travail accompli dans le passé par ses ancêtres, de l’œuvre des pionniers et de la position des différents héritiers postcoloniaux. La recherche pluridisciplinaire doit s’intéresser au modèle de la Gendarmerie tel que diffusé à travers le monde, qui pourrait construire le futur sécuritaire du Congo par l’adaptation des mécanismes hérités, reproduits ou à inventer aux impératifs du développement.

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.