La garde républicaine, d’une République à l’autre 1848-1971 : un régiment de gendarmes à Paris

Thèse de doctorat en Histoire, par Fabien Cardoni, sous la direction de Jean-Noël Luc, soutenue en 2005 à Paris 4

Résumé

Ce travail présente, tout d’abord, les conditions du licenciement de la garde municipale en Février 1848 et de la naissance de la garde républicaine dans les premières semaines de la République. Il suit la garde entre les barricades de Juin 1848, puis détaille les vagues d’épuration qui l’affecte, de 1849 à 1850, et enfin son attitude lors du coup d’État de 1851. Durant ces années, la garde républicaine, composée au départ de citoyens-soldats, se mue peu à peu en une garde prétorienne, dont le républicanisme apparaît comme secondaire voire indésirable. Le Second Empire offre ensuite la possibilité d’examiner ses missions quotidiennes, la place de cette formation atypique au sein de la gendarmerie et de l’armée, ses rapports avec la municipalité et avec ses autorités de tutelle, et enfin les gardes, ces militaires pas comme les autres. Si ce régiment de gendarmes, au service des Parisiens, reste financé en partie par la ville, il est également une arme du gouvernement à Paris. En première ligne ou maintenue en réserve les jours d’émeute, la garde s’avère enfin être un acteur essentiel de l’ordre public. Avec la croissance de la police en uniforme à partir de 1854, la garde participe à un nouveau mode de gestion de la rue. L’étude, sur le long terme, du rôle de la garde à Paris et particulièrement de son action lors des troubles de 1869-1870, permet de comprendre l’émergence du maintien de l’ordre, dans l’acception moderne de l’expression. À partir du 4 septembre 1870, la garde devient spectatrice de l’histoire de Paris et se fond parmi la masse des défenseurs de la capitale. Son retour sur l’avant scène, le 18 mars 1871, est un fiasco qui clôt un chapitre de son histoire.

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.