Gendarmerie et police judiciaire criminelle : l’enquêteur face à l’organisation

 

par Jean-Hugues Matelly sous la direction de François Dieu – Toulouse 1 (Science politique)

Résumé

La gendarmerie, institution militaire, se caractérise par une organisation hiérarchique pyramidale appliquée à un découpage territorial et non fonctionnel. Dans le domaine de la police judiciaire (PJ), ce modèle d’organisation génère des tensions internes. Le système judiciaire et policier se focalise sur quelques affaires prioritaires, en raison de leur médiatisation. Le crime est ainsi le fait stigmatisé en direct par l’opinion publique. Pour la gendarmerie, importe surtout une PJ criminelle apte à répondre à cet émoi public. À cette fin, une spécialisation plus affichée que réelle semble suffire. En matière de délinquance de masse, pour fournir des résultats correspondant aux attentes des autorités, les gendarmes savent depuis longtemps jouer sur les statistiques. Pourtant, les enquêteurs se disent passionnés par leur métier, passion sous-employée du fait d’une gestion des ressources humaines qui reconnaît fort peu les compétences. Ils estiment nécessaire une véritable spécialisation de la PJ. Ces attentes se heurtent à la rigidité d’une organisation bureaucratique généraliste qui voit toute spécialisation comme une menace ou une immixtion d’experts dans les attributions souveraines du chef militaire. Cette résistance est la traduction de conflits, en particulier entre officiers issus des grandes écoles militaires et officiers issus de la gendarmerie. Pour les premiers, qui monopolisent les postes stratégiques, la création d’une branche spécialisée favoriserait le développement d’un autre pouvoir, détenu par les officiers praticiens qui, eux, maîtrisent la matière judiciaire et pourraient utiliser la PJ criminelle, médiatiquement porteuse, pour accroître leur influence.

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.