Les dynamiques identitaires et conflictuelles de l’échange interprofessionnel : le cas de la coopération entre soldats et gendarmes français au Kosovo

par Thierry Nogues sous la direction de Dominique Martin – Rennes 2 (Sociologie)

Résumé

Depuis la fin de la guerre froide, la profession militaire connaît des mutations majeures qui transforment le cadre d’exercice des métiers de l’armée de Terre voués au combat. Parmi les mutations les plus saillantes que nous retiendrons, il y a le fait qu’en premier lieu, les militaires de l’armée de Terre n’ont plus d’ennemis clairement identifiés ; en deuxième lieu, que l’action opérationnelle des forces armées françaises s’exerce dorénavant dans le cadre multinational et interarmées des opérations de maintien de la paix ; en troisième lieu, que les unités projetées se caractérisent par leur organisation modulaire et interarmes, ces unités formant des groupements opérationnels de circonstances ; en quatrième lieu, qu’ils doivent désormais assurer des missions qui s’apparentent à des actions de police dont la finalité est d’assurer la sécurité publique ou même le maintien de l’ordre, seul ou à l’appui de gendarmes mobiles ou de policiers internationaux onusiens. A ce titre, les missions accomplies par les professions à statut militaire au Kosovo situent un des cadres inhabituels qui nous intéressent tout particulièrement dans le cadre de ce travail de terrain. Cette recherche se donne comme objectif d’étudier en quoi les situations de coopération entre soldats, gendarmes et policiers internationaux nous éclairent sur les transformations des identités professionnelles.

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.